HUG-S Motorsport

link.png Silk Way Rally: Al Attiyah, Sunderland, Sonik, Kariakin e Shibalov i vincitori


Sunderland SWRSi potrebbe iniziare questa storia con un semplice Nasser Al Attiyah sbaraglia gli avversari al Silk Way Rally 2019...ma poi inevitabilmente verrebbe da chiedersi: Sì, ma quali avversari? L'analisi infatti, dimostrerebbe che la Toyota era l'unica vera squadra ufficiale in gara e nulla da eccepire, comunque, sull'ottimo lavoro svolto da tutto il team. Poi, ancora, si potrebbe osservare che in dieci giorni (nove tappe in realtà con prove speciali, perchè una era solo trasferimento) la gara cronometrata ha contato un totale di 24 ore e mezza - tempo del primo, cioè Nasser Al Attiyah - il che significa tre ore al giorno circa. Morale? La Toyota di Nasser Al Attiyah e Mathieu Baumel ha vinto con circa un'ora e mezza di vantaggio sul secondo classificato, il cinese Han Wei su SMG Buggy e 1h.43' sul terzo, Jerome Pelichet su Optimus. Fra le moto per fortuna, c'è stata un pochino più di bagarre visto che Sam Sunderland su Ktm ha vinto con 20'22" di vantaggio su Andrew Short, Husqvarna, secondo, e capace di battere Adrien Van Beveren (Yamaha) di soli 39" con, a sua volta, il francese terzo su Kevin Benavides (Honda) per 36". Rafal Sonik vince fra i quad (due rimasti in gara dei tre partiti) e primo degli SSV è il russo Sergei Kariakin su Can Am. Per i camion al traguardo tripletta Kamaz, con Anton Shibalov sul gradino più alto del podio. 

Dei 97 equipaggi annunciati alla vigilia del via della prova, giunta quest'anno alla sua nona edizione, 93 hanno preso il via il 6 luglio da Irkoutsk, suddivisi fra 24 moto e quad, 51 auto ed SSV e 16 camion. All'arrivo oggi, 5000 chilometri dopo e 10 tappe (la settima in realtà era solo un trasferimento, nel giorno di passaggio della frontiera per entrare in Cina)  sono giunti in 77: 22 fra moto e quad, 43 auto e 12 camion, salendo sul podio di Dunhuang il che significa l' 83% del totale dei partenti. Un vero successo per la gara che quest'anno attraversava Russia, con partenza dalla Siberia, Mongolia e Cina del Nord con tanto di deserto dei Gobi da affrontare tutto concentrato in questi ultimi tre giorni per un totale di circa 800 km di prove speciali.

Inizialmente i chilometri di prove speciali dovevano essere in tutto 2593 ma le difficili condizioni del terreno in alcuni casi hanno richiesto piccoli tagli di percorso e qualche tratto da affrontare in trasferimento invece che sotto il controllo dei cronometri, cosa comunque abbastanza comune nelle zone attraversate.

La gara auto non ha avuto praticamente storia perchè Al Attiyah ha vinto tutte le tappe con distacchi sugli avversari che variano dai 2 ai 9 minuti, segno che gli altri ce l'hanno messa davvero tutta per cercare di interrompere una serie positiva che per il pilota del Qatar è proseguita indisturbata fino al traguardo di Dunhuang. Sicuramente molto più combattuta la gara delle due ruote, per la prima volta al via di una competizione già valida per il Campionato del Mondo di specialità FIM: se Sam Sunderland ha portato a casa la vittoria non l'ha certo fatto passeggiando perchè gli avversari si sono alternati sul gradino più alto del podio, giorno dopo giorno, in speciale. Sunderland con la sua Ktm ha vinto tre prove speciali, contro le quattro di Kevin Benavides che dopo un problema tecnico ai freni, è incappato anche in un brutto errore di navigazione che lo ha privato della soddisfazione di una possibile vittoria. Una speciale vinta a testa per Oriol Mena e Andrew Short ma i distacchi sono sempre stati minimi e Sunderland è stato bravo a gestire: il britannico era entrato in Cina con 21 minuti di vantaggio e ha saputo mantenerli restando concentrato e andando veloce, cercando di ridurre al minimo ogni possibile errore.. Alle sue spalle però è successo di tutto e i distacchi microscopici lo confermano: Van Beveren si è giocato il secondo posto con Short, oggi, a soli dieci chilometri dal traguardo finale, sbagliando strada alla ricerca della pista giusta, uscendo da uno oued. In classifica dietro i primi quattro ci sono Luciano Benavides quinto su Ktm, Oriol Mena, su Hero, Laia Sanz su Ktm, il polacco Adam Tomiczek su Husqvi, Joan Barreda su Honda (vittima di una brutta caduta) e ancora un polacco, Maciej Giemza su Husqvarna. Rafal Sonik primo dei quad è 12° assoluto e precede sul podio il suo unico avversario, Alekxandr Maksimov (entrambi su Yamaha Raptor).

Bella anche la battaglia fra i camion con il bielorusso Siarhey Viazovich (MAZ) entrato in Cina, tre giorni fa, con la prima posizione assoluta, conquistata fin dal primo giorno. Gli attacchi della corazzata Kamaz però non si sono fatti attendere e la pressione ha giocato un brutto tiro al pilota Maz capotatosi sulle dune nell'8. tappa: Viazovich era riuscito a ripartire e ad arrivare al bivacco ma un controllo dei commissari tecnici ha rivelato una lesione nel telaio del suo camion e per questo motivo l'equipaggio bielorusso è stato costretto al ritiro, cedendo il primo posto, o meglio, tutto il podio, alla Kamaz.

 

Version française - Communiqué de presse officiel

Sur fond de montagnes de dunes, le podium final du SILK WAY RALLY 2019, dressé devant la Grand Centre Culturel de Dunhuang célèbre ses vainqueurs. Sam Sunderland (Red Bull KTM Factory) en moto, Nasser Al-Attiyah et Mathieu Baumel (Toyota Gazoo Racing Overdrive) en auto et Anton Shibalov (Kamaz-Master) en camion, sont donc devenus aujourd’hui les nouveaux ‘Tigres blancs’ du rallye tout-terrain.Au terme d’une épreuve palpitante de plus de 5.000 kilomètres parcourus sur des terrains aussi variés que la taïga sibérienne, les steppes de Mongolie pour finir dans les dunes géantes du désert de Gobi, ce 9e SILK WAY RALLY a consacré aujourd’hui trois champions hors du commun qui n’avaient, jusque-là, jamais inscrits leur nom au palmarès de l’épreuve

En rallye-raid, plus encore que dans toute autre discipline, rien n’est jamais fini, tant que la ligne d’arrivée n’a pas été franchie. Donc même s’il jouissait d’un avantage conséquent avant d’entamer cette 10e et dernière étape, Sam Sunderland (Red Bull KTM Factory) était clairement soulagé en coupant son moteur sur la ligne d’arrivée. Le pilote Britannique est le premier pilote moto à graver son nom en lettres d’or au palmarès du SILK WAY RALLY. Il profite de l’occasion pour conforter très largement sa place de leader au Championnat du Monde FIM des Rallyes Tout-terrain.

Sam Sunderland (Red Bull KTM Factory) 1er : « Ce fut une expérience incroyable de traverser tant paysages différents. C’est l’une des choses que je préfère dans notre sport. Chapeau aux organisateurs d’avoir réussi à mettre tout cela sur pieds. Pour ce qui est de la course, elle fut terriblement exigeante. Surtout ces trois derniers jours en Chine. Heureusement que je possédais déjà un léger avantage qui m’as permis de gérer ma course. Je tiens à remercier l’ensemble de mon team pour l’excellent travail accompli. »

Si la victoire du Britannique ne faisait plus trop de doutes, la deuxième place de l’Américain Andrew Short (Rockstar Energy Husqvarna Factory) était en péril. De son propre aveu, l’Américain qui ouvrait la piste pour la première fois en rallye, ne s’attendait pas à résister aux assauts d’Adrien Van Beveren (Yamaha Racing Team) et de Kevin Benavides (Monster Energy Honda) lancés sur sa trace. Pourtant, au final, c’est bel et bien l’Américain qui s’empare du premier accessit.

Andrew Short (Rockstar Husqvarna) 2e: « Pour moi il s’agissait du meilleur scénario possible. Je crois que j’ai été très chanceux que cette dernière étape était rapide sans trop de pièges de navigation. Ce fut une expérience incroyable, car je sais désormais que je suis capable d’ouvrir la piste. Je suis vraiment ravi de mon résultat et je tiens encore à remercier l’ensemble de mon team de me donner l’occasion d’être là. Car c’est vraiment cool ! »

Signalé en tête au ravitaillement et virtuellement deuxième du général à ce point, Adrien Van Beveren perdit tout le bénéfice de ses efforts sur une erreur à 10 kilomètres de l’arrivée, ne sauvant sa 3e place sur le podium final que pour 36 secondes face à Kevin Benavides.

Adrien Van Beveren (Yamaha Rally Team) 3e : “J’ai vraiment tout donné sur la piste aujourd’hui. J’ai roulé à fond pour rattraper Andrew (Short), mais j’ai perdu 2 ou minutes sur la fin dans un oued pour retrouver la bonne piste. Je suis sincèrement déçu car j’ai fourni tellement d’efforts pour faire la différence. Voir tous ses efforts ruinés comme ça, c’est vraiment dur… La preuve qu’il est plus facile de perdre des secondes que d’en gagner… »

Du côté des quads, le Polonais Rafal Sonik (Yamaha Raptor) s’impose au terme d’un duel intense avec le Russe Alexsandr, vainqueur de cette dernière spéciale, afin de mettre la pression sur son adversaire jusque dans les derniers mètres de cette course.

Rafal Sonik (Yamaha Raptor 700) 1er quad : « Ni mon team ni moi-même n’avons commis de grosses erreurs sur ce rallye. Il faut faire la course depuis le depuis le début et ne pas attendre les grosses spéciales. Il faut trouver le bon tempo et savoir quand rester patient. Les organisateurs ont fait de l’excellent travail. Le road book était parfait. Et pourtant je suis un client difficile ! »

Autos : Al-Attiyah persiste et signe !

Neuf sur neuf ! Difficile de faire mieux… En remportant chacune des étapes entre Irkoutsk et Dunhuang, Nasser Al-Attiyah et Mathieu Baumel (Toyota Gazoo Racing Overdrive) ont dominé ce SILK WAY RALLY 2019 de la tête et des épaules. C’est dire à quel point les vainqueurs du dernier Dakar tenaient à s’assurer de cette victoire qui manquait encore à leur impressionnant palmarès.

Nasser Al-Attiyah (Qat/Toyota Gazoo Racing Overdrive) 1er : «Tellement heureux de remporter enfin ce SILK WAY RALLY après avoir terminé deuxième à deux reprises. Cela me tient tellement à cœur car c’est une grande et très belle course qu’il est important de compter à son palmarès. Nous avons traversé trois pays très différents, avec des terrains et des étapes totalement variés. Je me souviendrai longtemps de la première étape en Chine. Je crois que c’est l’une des plus difficiles de ma carrière. Remporter toutes les spéciales depuis le début, c’est tout simplement la cerise sur le gâteau, qui vient orner notre septième victoire d’affilée cette saison. C’est le fruit, bien sûr, du travail de toute une équipe et bien évidemment de mon co-pilote, Mathieu sans qui tout ceci ne serai pas possible… »

Le meilleur équipage du moment, sur la meilleure voiture du plateau : ces deux ingrédients suffisaient-ils pour réaliser pareil sans-faute historique dans cette discipline? « Un paramètres essentiel que l’on oublie souvent de préciser, est que Nasser est non seulement le pilote le plus rapide du plateau mais que, par ailleurs, il roule en osmose parfaite avec la mécanique», souligne Jean-Marc Fortin, le team-manager du Toyota Gazoo Racing Overdrive. Et dieu sait si sur la variété et la difficulté des terrains rencontrés tout au long de cette 9e édition, ce détail a son importance.

Relégué à 1h25 du pilote qatarien, Han Wei (Buggy Geely SMG) a profité de l’arrivée dans ‘son’ désert de Gobi pour se hisser sur la deuxième marche. Le ‘Général Han’, comme le surnomment ses compatriotes, déjà 3e en 2017 à Xi’an, signe donc sa meilleure campagne dans le cadre de ce SILK WAY RALLY 2019.

Han Wei (Buggy Geely SMG) 3e : «Ma voiture souffrait d’un problème moteur depuis le départ. Du sable dans un cylindre, hérité d’un rallye précédent. C’est donc pourquoi pendant toute cette épreuve, nous avons dû rajouter constamment de l’huile, sans jamais savoir si nous pourrions arriver au bout. Je me dois donc de remercier mon copilote pour son excellent travail et… mon sponsor pour m’avoir fourni une si bonne huile ! »

Avec un buggy revigoré, mais 15e en piste après avoir oublié de se faire reclasser dans les ordres de départ de cette ultime étape, les Français Jérôme Pélichet et Pascal Larroque (Optimus Raid Lynx) signent une 3e place finale dont ils ne pouvaient raisonnablement rêver au départ. Ils complètent un podium final démontrant que sur les plus grands rallyes marathons comme ce SILK WAY RALLYE, la sagesse est souvent meilleure conseillère…

Jérôme Pélichet (Fra/Optimus Raid Lynx) 3e : « Quelle joie de terminer sur le podium final. Je savais qu’il y avait une petite dizaine de voitures plus rapides que nous au départ de ce SILK WAY RALLY, donc j’espérais un places dans le top 5. Mais finir troisième ? Jamais je n’aurais parié là-dessus. Ce matin, après nos ennuis d’hier, nous sommes partis le couteau entre les dents. J’ai commis l’erreur de ne pas demander un reclassement, donc nous nous élancions 15es et je craignais peut-être une course stratégique des buggies du team Shanxi Yunxiang. J’ai donc roulé à fond pour signer le 3e chrono de la spéciale et ne laisser aucun doute sur cette 3e marche du podium qui restera comme l’un des meilleurs souvenirs de ma carrière… Là, je suis prêt à repartir pour deux jours de course en plus dans les dunes du désert de Gobi ! »

Camions : Shibalov dans la cour des grands

En remportant les trois dernières étapes en Chine pour prendre la relève d’un Viazovich (MAZ) un rien trop téméraire à l’heure d’aborder les dunes, Anton Shibalov (Kamaz-Master) s’est offert une place dans la cour des grands au sein du team de Nabereinye Tchelny. Car chez Kamaz-Master, qui domine la catégorie camions en rallye-raid depuis plus de deux décennies, les places coûtent cher. Et une victoire sur ce SILK WAY RALLY vaut son pesant d’or à l’heure d’établir les hiérarchies. Arborant le n°303 sur la portière, Anton Shibalov avait, comme le veut la tradition du team, pris le départ d’Irkoutsk en embarquant les pièces de rechange vitales pour ses camarades partis devant lui. Très vite pourtant, il apparut qu’il serait le meilleur challenger pour contrer les attaques répétées de Siarhey Viazovich et de son nouveau MAZ bâti en Biélorussie. Délesté de sa charge, il enchaîna les belles spéciales pour porter son estocade finale dans le désert de Gobi et devancer ses équipiers Karginov et Mardeev.

Anton Shibalov (Kamaz-Master) 1er : «Je me souviendrai pour toujours de cette course car il s’agit de ma première victoire sur le SILK WAY RALLY. Cette édition était vraiment magnifique, mais très exigeante. Je suis d’autant plus satisfait d’avoir réussi à l’emporter. Le plus difficile a été de naviguer hors-piste dans les dunes lors de la première étape chinoise. Je ne me rends pas encore bien compte de ce que nous avons accompli. Je vais d’abord devoir me reposer avant de laisser parler mes émotions… »